Des Arbres Menacés

Les arbres à Ottawa – et partout dans le monde en général– sont confrontés à de nombreuses menaces. Les menaces comprennent le changement climatique (sécheresses, inondations, tempêtes de plus en plus violentes, des températures plus chaudes à certains endroits et plus fraîches à d’autres), les espèces envahissantes comme l’agrile du frêne, et la destruction des arbres au profit de l’expansion urbaine. La pollution est également une préoccupation, comprenant la pollution de l’air et les pluies acides.


Changement climatique


construction

Le changement climatique est en train de transformer la vie sur terre, et constitue une menace majeure pour la biodiversité, l’environnement et les humains. Le changement climatique est une menace pour les arbres pour un certain nombre de raisons:

  • Le changement climatique est à l’origine d’évènements normalement rares, des événements météorologiques extrêmes qui se produisent plus souvent et avec plus de férocité. Ces phénomènes comprennent les ouragans et les tempêtes, qui peuvent déraciner et renverser des arbres en raison de leurs vents violents.
  • En raison du changement climatique, les sécheresses sont de plus en plus intenses, et se produisent pendant des périodes plus longues. Les sécheresses sont responsables, à travers les brûlures et le flétrissement, de la chute des feuilles d’arbres. Les racines commencent à mourir, et quand la pluie revient enfin, l’arbre ne peut plus absorber l’eau. Les sécheresses rendent également les arbres plus vulnérables aux maladies et aux insectes.
  • Le changement climatique modifie la répartition des espèces, en changeant leur capacité à vivre où elles sont. Cela permet aux espèces envahissantes d’envahir de nouveaux domaines plus rapidement et plus souvent.

Pour en savoir plus sur les efforts d’Écologie Ottawa concernant la lutte contre le changement climatique, consultez notre campagne Arrêter le pipeline de sables bitumeux  et notre campagne sur Le changement climatique.

 


Espèces envahissantes et nuisibles


Les espèces envahissantes sont une des principales menaces à la diversité biologique (biodiversité) sur cette plante. Les espèces envahissantes ont changé -et continuent de changer- la forêt urbaine de façon significative. Les espèces envahissantes considérées comme une menace à Ottawa aujourd’hui comprennent le cynanche et l’agrile du frêne (AF). Le cynanche est une liane envahissante qui pousse dans les peuplements denses, entraînant la suppression de la croissance des semis et de plants indigènes.

La maladie hollandaise de l’orme était un champignon envahissant qui, il y a plusieurs décennies, a décimé la population d’orme d’Amérique du Nord et d’autres régions du monde. À Ottawa, des frênes ont été plantés pour remplacer les ormes perdus. Maintenant, notre forêt urbaine est confrontée à une autre menace significative provenant de l’agrile du frêne, un coléoptère vert qui décime les frênes. L’agrile du frêne tue des frênes (mais pas le sorbier, qui n’est en réalité pas un type de frêne) de manière efficace, et l’arbre est susceptible de mourir dans les deux à trois ans suite à une infestation. Il est estimé que 25% de tous les arbres à Ottawa sont de la famille des frênes, et tous ces spécimens seront perdus au cours des 10 prochaines années.

Nous tirons des leçons de notre passé: il nous faut clairement planter une diversité de variétés indigènes -et beaucoup d’entre elles- afin de contrer cette perte.

Pour en savoir plus sur l’effet de l’agrile du frêne sur nos frênes: l’agrile du frêne.

 


 Pollution


Sudbury_sunset

Les forêts et les arbres sont souvent désignés comme les poumons de notre planète. Ils absorbent le dioxyde de carbone – un gaz à effet de serre qui provoque le changement climatique – et le convertissent en oxygène. Les arbres filtrent également l’air et éliminent les particules fines qui sont nocives pour notre santé; par exemple une étude estime que le taux d’asthme chez les jeunes a diminué de 25% dès lors que 343 arbres se trouvaient dans un kilomètre carré. En dépit du bon travail effectué par ces végétaux à nettoyer et à filtrer l’air pollué, la pollution de l’air est également une menace pour eux. Une forte pollution peut causer une accumulation de particules sur les feuilles, qui peuvent nuire à la photosynthèse et affecter négativement leur croissance.

Les principales sources de pollution de l’air sont les émissions dues à la production d’énergie et aux transports, de plus ces émissions rejettent également des particules acidifiantes, qui provoquent des pluies acides. Ces dernières affaiblissent les arbres et les rendent plus vulnérables aux maladies et aux nuisibles. Les pluies acides peuvent aussi filtrer les nutriments provenant du sol, et libérer des métaux toxiques qui sont nuisibles à la croissance de la végétation.

La pollution par les eaux de ruissellement en ville est également un problème pour le couvert forestier. Le ruissellement urbain est l’accumulation et la circulation d’eau de pluie sur la surface des paysages urbains, tels que les chaussées (routes, parkings, trottoirs), les espaces verts (pelouses, terrains de golf, parcs) et les bâtiments. Cette eau contient souvent des contaminants et des polluants qui sont nocifs pour les arbres, comme l’huile de moteur, l’essence, les métaux lourds, les pesticides et les engrais provenant des espaces verts.

Apprenez en plus sur la façon dont Écologie Ottawa aide à garder nos rivières propres: Plan d’action rivière d’Ottawa.

 


Expansion urbaine


L’urbanisation est une cause importante de la coupe d’arbres. Comme les villes s’étendent, les arbres sont souvent parmi les premières victimes et sont défrichés pour la construction ou l’élargissement des routes et autoroutes existantes, pour créer des parcs de stationnement, de nouveaux bâtiments, des terrains de golf, des stades, et d’autres types de développement urbain.

Comme nous supprimons des arbres pour la ville, nous perdons aussi la diversité d’oiseaux, de mammifères, d’invertébrés (insectes, vers et autres bestioles), de plantes, de champignons, et de lichens qui sont associés à ces arbres. Cette diversité de la vie – la biodiversité – est essentielle pour maintenir la santé des écosystèmes. Les écosystèmes qui sont en bonne santé et fonctionnels nous fournissent de nombreux biens et services écologiques, comme l’air pur, l’eau douce, la pollinisation des cultures dans nos jardins et sur nos arbres qui portent des fruits, etc. Les écosystèmes sains nous fournissent également des lieux – tels que les parcs et les sentiers pédestres – qui nous donnent la joie et le plaisir d’y passer du temps, allégeant les contraintes qui surviennent chaque jour.

L’écologisation de nos villes, en plantant des arbres locaux, est nécessaire pour notre bien-être physique et mental, ainsi que pour augmenter la biodiversité. Alors soyons là-bas et plantons des arbres!

Pour en savoir plus sur la campagne d’Écologie Ottawa sur les rues conviviales: Rues conviviales

 


 Faites votre part


Il y a beaucoup de mesures que nous pouvons prendre pour aider à minimiser la façon dont nos actions contribuent à ces menaces.

Le changement climatique et la pollution de l’air: à bien des égards, ces deux vont de pair. Les principales sources de pollution de l’air sont les émissions de production d’énergie et les transports, qui sont aussi quelques-unes des principales sources d’émissions de gaz à effet de serre. En apportant des changements simples, nous pouvons réduire la quantité de gaz à effet de serre et les émissions polluantes que nous produisons.

bicycle_lanes_in_intersection_ottawa_2011

  • Marchez, prenez les transports en commun, ou votre vélo au lieu de conduire votre voiture
  • Eteignez les appareils électroniques et des lumières lorsqu’ils ne sont pas en cours d’utilisation
  • Utilisez des appareils et des dispositifs économes en énergie
  • N’utilisez pas de pesticides ou d’engrais sur votre pelouse (car ils contribuent à la pollution de l’eau)
  • Envisagez d’utiliser une alternative au sel (par exemple: du sable) pour augmenter la traction le long de vos allées et de vos entrées en hiver, ou n’utilisez que la quantité minimale de sel nécessaire pour faire le travail (car il contribue également à la pollution de l’eau)

Agrile du frêne: il est interdit par la loi de déplacer du matériel en frêne et de tout type de bois d’un endroit à un autre dans de nombreuses régions de l’Ontario et du Québec. Ce règlement est en place pour ralentir la propagation de l’agrile du frêne. Si vous faites du camping, et que vous n’utilisez pas tout votre bois de chauffage, laissez le derrière. Ne l’emballez pas pour le ramener chez vous ou pour votre camping suivant. La violation de cette règle sera passible d’amendes et / ou de poursuites.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :