Dites NON au développement dans les hautes terres de South March

english-version

 

 

KNL photo

KNL et hautes terres de South March : il y a des espèces en péril!

Kanata North Lakes Developments Inc. (KNL) a soumis une proposition au ministère des Ressources naturelles de l’Ontario pour obtenir l’approbation d’un ensemble résidentiel de lotissement à Kanata dans l’ouest d’Ottawa. La proposition de permis d’exploitation en vertu de l’article 17 (2) (c) de la loi sur les espèces en voie de disparition a pour but de supprimer jusqu’à 120 noyers cendrés et de détruire l’habitat des arbres en vue de développer le lotissement résidentiel.

La proposition souligne le risque potentiel pour les noyers cendrés menacés, et les tortues mouchetées menacées et les petits blongios (hérons). En vertu de la loi sur les espèces en voie de disparition, l’article 17 (2) (c) KNL peut demander un permis pour développer dans la région étant donné qu’ils offrent un avantage global pour les espèces en péril. Un bénéfice global est une activité qui permettrait d’améliorer les circonstances de l’espèce et de dépasser les effets négatifs de développement sur les espèces en péril. Le ministre des Ressources naturelles sollicite des observations sur la question jusqu’au 17 février!

KNL Developments Inc. tente de:

  • Retirer jusqu’à 120 noyers cendrés produisant 140 hectares (ha) ainsi que créer des dommages et détruire l’habitat de ces arbres;
  • Tuer, blesser et harceler la tortue mouchetée ainsi que détruire jusqu’à 124 hectares de l’habitat de ces tortues; et
  • Tuer, blesser et harceler les petits blongios ainsi que de créer des dommages jusqu’à 10,9 hectares d’habitat de ces oiseux afin de construire un ensemble résidentiel dans la ville d’Ottawa.

Des études ont montré que le développement par KNL sera « très difficile », toutefois KNL continue de procéder. Deux problèmes avec développement sont le drainage et les espèces en péril, y compris : le noyer cendré, la tortue mouchetée et le petit blongios (héron).

Une étude de gestion des eaux pluviales a identifié des problèmes avec l’ancien plan de développement de 25 ans pour détourner les eaux pluviales, y compris : l’érosion, les inondations et les pêcheries. L’étude a conclu que cette dérivation d’eau pourrait affecter l’infrastructure, le système d’alerte contre les inondations et les organismes qui dépendent de l’environnement aquatique.

KNL propose de créer un habitat de nidification et d’hivernage proches ou à côté de l’habitat des terres humides appropriées, mais l’expérience a démontré que les espèces sauvages peuplent rarement des espaces créés par les humains. L’étude 2012 la perte structurelle et fonctionnelle dans les écosystèmes des zones humides rétablies a constaté que « la structure biologique des zones humides restaurées ou créées récupérait seulement 77 % (en moyenne) des valeurs de référence, même 100 ans après la restauration », mettant en garde contre cette pratique comme manière de justifier une autre dégradation. Des études ont déjà été publiées sur le fait que la population de tortue mouchetée ne survivra pas au processus de développement KNL. La perte étendue d’habitat et l’augmentation significative du trafic généré par le projet de développement conduiront à un accroissement de la mortalité des tortues.

Dites au ministère des Ressources naturelles de rejeter cette proposition. Il y a trop de risques! Le ministère des Ressources naturelles doit faire une évaluation de l’impact sur l’environnement avant de prendre une décision. Ne permettons pas le développement précipité jouer contre la protection de nos espèces en péril! Visiter le site Web du Registre environnemental de l’Ontario avant le 17 février et soutenir les tortues mouchetées, les noyers cendrés et les petits blongios.

http://www.ebr.gov.on.ca/ERS-WEB-External/displaynoticecontent.do?noticeId=MTI3MTcw&statusId=MTkyMDg1&language=en

Voici un modèle de lettre que vous pouvez écrire:

La demande d’approbation présentée par KNL suppose qu’il est possible d’atténuer l’impact ou de réaliser un bénéfice net, de son projet d’aménagement sur les espèces à risque dans cette région. En fait, il est impossible de le faire pour les raisons suivantes :

  • La proposition ne traite pas de toutes les espèces en péril qui ont été documentées dans cette région via diverses études environnementales au cours des 15 dernières années, y compris l’étude plus récente effectuée à l’approbation de LCEE de l’extension de la promenade Terry Fox. Plus de 20 espèces en péril ont été identifiées dans diverses villes, développeur, et des études environnementales fédérales. Ceux-ci comprennent le monarque, le ginseng américain, la rainette faux-grillon de l’Ouest, la salamandre de Jefferson et d’autres espèces en péril observés dans la zone de développement proposé au cours des 5 dernières années.
  • La population de noyers cendrés a déjà été affaiblie et diminuée par l’approbation préalable de l’atténuation de l’extension du chemin Terry Fox. Les approbations de la Partie A de LCEE ont entraîné la suppression de 177 arbres et plusieurs centaines d’autres ont été retirés après les approbations de la Partie B. Le requérant n’a fourni aucune base scientifique pour établir qu’une réduction cumulative de 120 autres arbres est durable.
  • La demande d’approbation par KNL, selon les études des tortues mouchetées de la ville d’Ottawa, détruirait l’habitat essentiel et significatif, y compris les sites de nidification et la plus grande population connue de la tortue mouchetée dans l’Est ontarien. Ces études démontrent clairement que cette mouchetée dépend de passages de nidification et éco couloir qui parcourent toute la zone proposée du développement. Cet habitat essentiel est d’être protégé pleinement en vertu des dispositions de l’ÉSA et la demande d’exemption doit être rejetée sur cette seule base.
  • Même en supposant que l’exigence essentielle de protection de l’habitat de l’ÉSA peut être ignorée, l’évaluation des risques de la ville de la population des tortues mouchetées démontre clairement que le niveau de risque inacceptable pour la survie de cette population existe si le développement est de procéder en vertu d’une approbation par le MRN.
  • Le demandeur a également apparemment omis de divulguer ou étudier à fond l’impact environnemental du dynamitage massif nécessaire pour pulvériser la roche du Bouclier canadien dans une surface perméable à l’eau qui est suffisante pour absorber 74 000 mètres cubes d’eau de ruissellement pour lequel plan directeur de viabilisation de KNL ne fournit pas suffisamment cette capacité. La ville d’Ottawa a mené une étude qui a montré que cet écart massif de capacité existait dans le plan de KNL. Selon l’étude de la ville d’Ottawa sur les alternatives d’eaux pluviales, achevée en 2013, il semble que les partisans au projet cherchent à compenser cet écart par un dynamitage massif de la surface du sol dans la zone de développement proposé. Une telle quantité massive et étendue de dynamitage se contredit clairement en minimisant l’impact sur l’habitat essentiel de la tortue mouchetée ainsi que l’habitat essentiel d’autres espèces en péril dans la zone de développement. Non seulement il y aura perturbation du sol massif, il y a un risque important d’intoxication chimique causée par la large diffusion des explosifs planifiés.

 

Le plan de développement de KNL n’est pas durable. C’est un impact sur l’environnement qui est important et ne peut être atténué.

Catégories : Nouvelles Arbre, S'investir

Souscrire

Souscrire à nos flux RSS et profils sociaux pour recevoir les mises à jour.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :